DeutschlandTipps

Bizarre, suraigu et sanglant

Pas pour les âmes sensibles s'abstenir: Les Horror Nights dans la Europa-Park Rust amènent les visiteurs à leurs limites - Peur et dégoût dans cinq maisons d'horreur et trois scarezones.

La route est étroite et sombre. Très sombre. Seuls quelques éclairs d”autres scénarios éclairent brièvement la nuit. Fumée monte. Je frissonne bien que je sois enveloppé dans mon manteau d”hiver. Dans la brume flottante, on voit des contours humains. Humain? Probablement pas! Ils se rapprochent lentement, traînant et claudicant. Merde! Cela ne semble pas bon. Peut-être que ce fut une erreur de venir ici. Les créatures sont méchantes, semblent qu’ils aient célébré une fête pas si heureuse avec Freddy Kruger, Jason et Michael Myers. Gouttes de sang sortent de leurs bouches, cervelle de leurs têtes et leurs grognements dégoûtants ne flattent pas du tout l’oreille.

Je peux sentir mon cœur battre dans ma gorge. Mes mains sont mouillées. Je me baigne quasiment dans l’adrénaline. Ma main gauche cherche la télécommande. Zut! Où est le bouton de pause? Aussi la main devant les yeux ne change rien en ce moment-là – l”horreur est vraie, réelle, sensible, audible.

Ceux qui aiment être terrifiés doivent visiter les Horror Nights dans la Europa-Park Rust.

Fermer les yeux et courir!
Regarder des films d”horreur à la télévision est un plaisir. Au moins on peut déconnecter au cas où ils deviennent trop violents. Sur ce chemin abandonné et sombre, on ne peut pas s”enfuir. Ici la devise est «Fermer les yeux et courir» – et cela mot à mot.
Ceux qui aiment être terrifiés doivent visiter les Horror Nights dans la Europa-Park Rust. Aucun train fantôme ou film de cinéma ou de télévision peut surpasser cet événement extraordinaire. Pendant la journée, il y a du divertissement familial, mais dans les soirées de fin Septembre jusqu’au début de Novembre, il devient bizarre, suraigu – et surtout sanglant. Puis, le “Silver Star”, Arthur et les Minimoys font une pause et les zombis règnent.

Entretemps, ça fait sept ans qu’il y a ce plaisir effrayant. Et le nombre de fans augmente. Plus de 180 acteurs sélectionnés effraient les visiteurs sur une surface totale de 22 000 mètres carrés. Dans cinq maisons d”horreur et trois scarezones, les spectateurs deviennent des victimes. “C”est comme un film d”horreur qui est vécu de façon réal», explique Sebastian Rosenbaum, autrefois lui-même acteur chez les Horror Nights et depuis l”année passée directeur du projet Horror Nights.

Sentir son sang se glacer
Changement de décor: Je marche à travers des catacombes sombres d”un professeur cruel. Des cris aigus d”autres visiteurs m’inquiètent sans cesse. Je peux à peine voir ma main devant mes yeux. La lumière est baissé au minimum, des denses nuages de fumée passent à travers la maison. J”entre la chambre prochaine : une jeune femme pâle avec des cheveux épars est couchée à droite sur un grand lit – enveloppée dans des draps blancs. Elle se tortille çà et là comme dans l”extase.

Les faiseurs des Horror Nights ont vraiment fait de nouveau du bon travail dans le but de faire passer des frissons dans les dos aux fans – mais, stop!!! Cette fois, pas avec moi. Après que je sois presque mort de peur à cause d”un loup-garou, des zombis m”aient flairé et bavé de haut en bas et un boucher fou m”ait chassé à travers la Europa-Park, je m”aie fait le vœu de rester calme cette fois. Cela ne manquerait plus! Et en plus: Un des classiques – une fille possédée par le diable sur un lit – ne me fait plus tomber de l”armoire, moi comme expert de grand frisson.

Donc: aspirer à pleins poumons, réfléchir à nouveau que tout cela n”est pas réel et juste un plaisir et se glisser rapidement à travers la pièce. Mais il est comme la Saint-Sylvestre: Les bonnes intentions ne durent pas longtemps. Avec un mouvement à la vitesse de l”éclair, la possédée de la Europa-Park se dresse, grogne comme un chat sauvage, cherche à attraper mon bras – et mon cœur me glisse à pleine vitesse dans le pantalon comme le Silver Star glisse les rails de montagnes russes.

Sebastian Rosenbaum et son équipe font tout leur possible pour causer beaucoup de palpitations chez leurs invités.

65 litres de sang de théâtre
Sebastian Rosenbaum et son équipe font tout leur possible pour causer beaucoup de palpitations chez leurs invités. Six artistes de maquillage mettent leurs mains sur les 220 acteurs et les transforment en monstres, vampires, zombies et Cie comme ils ne pouvaient pas être plus spectaculaire à Hollywood. Pendant les cinq semaines de Halloween, ils consomment 25 kilos de maquillage, 65 litres de sang de théâtre, quelques 400 pièces de latex, 40 costumes intégrales, un kilo de cheveux synthétiques et 10 litres de colle spéciale.

Vous vous habituez à tout. Après plusieurs heures d”avoir peur, s”effrayer et du claquement de dents, ma tension initiale a diminué.. D”une part rassurante, d”autre part aussi dommage car le grand frisson fait plaisir. Après des heures tête-à-tête avec le loup-garou, le Nightgrabber et ses autres copains pâles, l”adrénaline est consommée – complètement! On devient plus cool, ne peut plus être deconcerté aussi facilement. Les zombies et les monstres perdent leur frayeur et deviennent des mascottes comme la Euromaus – quoique un peu plus dérangé. Esperons qu”au moins une chose est sûre – une nuit calme et sans des cauchemars…

Ähnliche Artikel

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Schaltfläche "Zurück zum Anfang"